Les moutons sont de retour !

Si vous vous baladez du côté de Taverny, St Prix, Soisy-sous-Montmorency, Andilly ou St Leu la Forêt vous aurez peut-être une chance de les apercevoir ! Depuis 2016, dans le but de favoriser la biodiversité, le SIARE, en partenariat avec l’association Terideal, pratique l’éco-pâturage pour entretenir les espaces verts de ses bassins de stockage.

Ces bassins de rétention d’eau pluviale sont des zones enherbées, permettant de stocker l’eau en cas de forte pluie et d’éviter ainsi les inondations en zone urbaine. Pour préserver ces ilots de verdure, le SIARE passe progressivement d’un entretien « traditionnel » de ces espaces verts à une gestion différenciée, plus respectueuse de l’environnement.

Les moutons, bassin des Aulnaies à Taverny
Les moutons, bassin des Aulnaies à Taverny

 

Le mouton noir du Velay, une « tondeuse écologique »

Cette année, des moutons noirs du Velay vont investir plusieurs bassins : les Aulnaies à Taverny, Robert Thomas à St Prix, les Huit Arpents à Andilly, Descartes à Soisy-sous-Montmorency et le bassin de St Leu la Forêt. Ces animaux sont réputés pour être des brouteurs de compétition ! Rustiques, ils s’adaptent à tous les climats, de plus, ils n’abîment pas les terrains qu’ils débroussaillent. Les moutons sont bien adaptés aux sols pauvres et humides et ne craignent pas de marcher dans l’eau. Calmes de nature, ils vivent en troupeaux hiérarchisés. Ils sont tous identifiés et un berger passe régulièrement s’assurer de leur bonne santé.

Les moutons, bassin Descartes à Soisy-sous-Montmorency
Les moutons, bassin Descartes à Soisy-sous-Montmorency

 

Pourquoi opter pour l’éco-pâturage ?

Cette solution naturelle d’entretien des espaces verts présente de nombreux avantages, notamment une fertilisation naturelle des sols et la limitation de certaines espèces végétales invasives. Ainsi, l’année dernière, les moutons ont permis l’élimination de la renouée du Japon, plante exotique envahissante et nuisible, et donc la réimplantation d’autres espèces végétales. La flore peut alors à nouveau se diversifier et assurer sa fonction de « refuge » pour la faune.

A gauche : avant l’éco-pâturage : la Renouée du Japon prolifère. A droite : après.
Un mouton qui se régale de Renouée du Japon ! Bassin des Aulnaies à Taverny

Outre l’aspect écologique, une gestion éco-pastorale permet également de réduire les coûts d’utilisation des machines et élimine les nuisances sonores qui en découlent.

Ecologique, non polluant, peu bruyant, l’éco-pâturage a tout bon !

En termes de gestion différenciée des espaces verts, le SIARE a également mis en place du fauchage tardif dans certains de ces bassins ainsi que des ruches.

 

Zoom sur la fonction des bassins de stockage
Ces bassins, comme leur nom l’indique, permettent de stocker l’eau. En effet, en cas de fortes pluies, en zone urbaine, l’eau pluviale ne parvient pas à s’infiltrer dans les sols bétonnés imperméables. Elle pénètre alors dans les canalisations qui ne peuvent absorber le surplus, provoquant des inondations de la chaussée. Pour éviter cela, le SIARE gère sur son territoire, 22 bassins de rétention d’eau, dans lesquels l’eau en surplus est redirigée et stockée en attendant que les pluies cessent. Petit à petit, elle peut ensuite être évacuée et restituée au réseau puis dans le milieu naturel.