Protéger les milieux aquatiques et humides

Du fait de sa compétence GEMAPI (GEstion des milieux aquatiques et Prévention des Inondations), le SIARE a pour objectif de modifier la manière d’aborder les projets d’aménagement des cours d’eau en prenant notamment en compte l’urbanisme et l’aménagement du paysage. Cette compétence encourage également le SIARE et ses 26 communes membres à mettre en œuvre des solutions fondées sur la nature et sur l’utilisation du végétal.

Le SIARE agit ainsi pour :

  • Mettre en place des aménagements pour préserver, réguler ou restaurer les caractères hydrologiques des cours d’eau ;
  • Entretenir et aménager les cours d’eau, en permettant notamment l’écoulement naturel de l’eau, et contribuer à son bon état écologique ;
  • Lutter contre les inondations ;
  • Protéger les sites, les milieux aquatiques et les zones humides.

Près de 30 km de cours d’eau à ciel ouvert parcourent le territoire du SIARE, sur deux grands bassins versants : celui de la Seine à l’Est, et de l’Oise à l’ouest. Côté Seine, il s’agit du ru des Haras, du ru de Montlignon et son affluent le ru de Corbon, et du ru d’Andilly. Côté Oise, sont présents le ru du Vieux Moutiers, le ru du Montubois, et le ru du Liesse, avec son ancien affluent le ru de Bessancourt. En savoir plus sur les rus du territoire.

Ces 7 cours d’eau sont non domaniaux. Ils circulent essentiellement en terrain privé, souvent en limite de propriété entre deux parcelles. Conformément à l’article L215-14 du Code de l’Environnement, c’est aux propriétaires riverains d’assurer l’entretien régulier des cours d’eau non domaniaux. Toutefois, le SIARE peut intervenir en complément de l’action des propriétaires riverains, pour assurer une gestion homogène du milieu et respectueuse de l’écosystème rivière.

Vous avez un cours d’eau sur votre propriété ? Cliquez ici pour des conseils pratiques.

Le ru de Montlignon
Le ru de Montlignon

L’entretien régulier des rivières assuré par le SIARE dans le cadre de programme pluriannuel d’entretien, comprend notamment :

  • L’entretien de la végétation des berges et la lutte contre les espèces invasives ;
  • L’enlèvement des embâcles, débris et atterrissement, flottants ou non ;
  • Le nettoyage des grilles en travers ;

Ces travaux sont réalisés pour garantir le libre écoulement de l’eau et favoriser le bon état écologique du milieu.

« L’eau fait partie du patrimoine commun de la nation. Sa protection, sa mise en valeur et le développement de la ressource utilisable, dans le respect des équilibres naturels sont d’intérêt général ».
Article 1er de la Loi sur l’eau et les milieux aquatiques de 2006 et L 210-1 du Code de l’Environnement.