Prévenir des risques d’inondations

Sur notre territoire, les orages et les fortes perturbations peuvent être à l’origine d’inondations quand les eaux pluviales se déversent trop rapidement dans le réseau d’assainissement. Le SIARE a ainsi pour mission de prévenir ces risques et dispose pour cela de plusieurs outils.

Les bassins de retenue

Ce sont de grands bassins destinés à contenir le surplus d’eaux de pluie et de ruissellement par temps de pluie. Une fois l’épisode pluvieux terminé, les bassins restituent progressivement cette eau au réseau et au milieu naturel. Le SIARE dispose de 19 bassins à sec et de 3 bassins en eau, dont 2 servant de parcs paysagers ouverts au public. Ces bassins, capables d’assurer le stockage de 454 000 m³ d’eau par temps de pluie, participent à la prévention des risques d’inondations et assurent ainsi la protection des zones habitées.

Pour cela, les bassins sont constitués de trois parties : un tuyau d’alimentation, une zone de stockage et une vanne de régulation garantissant une évacuation des eaux à une vitesse compatible avec la capacité du réseau de sortie (canalisations par lesquelles l’eau rejoindra le milieu naturel). 

schema fonctionnement bassin de retenue d'eau de pluie

Il en existe plusieurs types :

  • Trois bassins de rétention sont en permanence en eau (50 890 m³ de stockage). Deux sont aménagés en parcs paysagers ouverts au public : le bassin des Moulinets à Eaubonne et le bassin des 8 Arpents à Andilly. Le troisième régule les apports vers le lac d’Enghien : c’est le bassin des Cressonnières à Saint-Gratien.
  • Dix-huit bassins de rétention sont secs et enherbés (398 555 m³ de stockage) : lors d’un évènement pluvieux, ils restituent les eaux qu’ils ont stockées, d’abord au réseau d’eau pluviale puis au milieu naturel (la Seine ou l’Oise sur notre territoire).
  • Deux bassins sont enterrés (ouvrage de stockage souterrain de 4 700 m³) : le bassin des Carreaux à Sannois et le bassin implanté sous la cour de l’école Victor Hugo à Ermont. Ils reçoivent des eaux usées et pluviales mélangées dans un réseau unitaire.

Le lac Nord (avenue Victor Hugo à Saint-Gratien) puis le lac d’Enghien-les-Bains (avenue de la Ceinture à Enghien-les-Bains) jouent également un rôle de bassins de stockage.

Le SIARE réalise régulièrement des études dans les zones à risques du territoire, et peut lorsque cela est nécessaire, créer de nouveaux bassins de retenue ou agrandir la capacité de stockage de ceux existant.

 

LES DÉVERSOIRS D’ORAGE

Ce sont des ouvrages souterrains destinés à dévier les surplus de précipitations dues à des orages ou à un excès de ruissellement. Le déservoir rejette directement l’eau, sans traitement, dans le milieu naturel pour éviter que ces eaux sales se déversent dans la rue. Ceci permet de ne pas saturer le réseau d’assainissement et de décharger les installations d’épuration, mais cela peut provoquer des pollutions.

 

L’ENTRETIEN DES RIVIÈRES

Le SIARE, du fait de sa compétence GEMAPI (gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations), entretient et restaure les cours d’eau de son territoire. Replanter des ripisylves, remplacer des berges bétonnées et pentues par des berges naturelles végétalisées, recréer ou valoriser des zones humides à côté des rivières, sont autant d’actions phares qui permettent de ralentir les écoulements, de limiter l’érosion, de stocker de l’eau en cas de crue, tout en favorisant la biodiversité et la phytoépuration de l’eau.

 

LA GESTION Des eaux pluviales A LA PARCELLE

Dans les zones très urbanisées, la pluie ne peut s’infiltrer dans le sol en raison de l’imperméabilisation (route goudronnée par exemple) et ruisselle dans la rue. En cas de fortes intempéries, ce ruissellement va provoquer une concentration d’eau importante dans les points bas des villes, pouvant aller jusqu’à 400 m3 par hectare et par heure. Ce surplus d’eau va alors saturer les canalisations d’eaux pluviales et déborder sur la chaussée.

Pour éviter cette situation, l’eau de pluie doit être gérée à la parcelle en priorité, c’est-à-dire au plus près de là où elle tombe. C’est l’affaire de tous : les particuliers qui peuvent mettre en place des solutions simples et les aménageurs / constructeurs qui doivent intégrer une gestion responsable des eaux pluviales dans leur projet.

 

Gestion des eaux pluviales à la parcelle
Gestion des eaux pluviales à la parcelle : des solutions variées

 

LA TÉLÉSURVEILLANCE

Afin d’assurer la continuité du service et de prévenir efficacement les risques d’inondations, le SIARE dispose d’un système de télésurveillance des réseaux. Des sondes, des capteurs, des dispositifs de mesure collectent les informations sur les sites équipés. Ces informations sont transmises à un poste central situé dans les locaux du SIARE à Soisy-sous-Montmorency.

Une équipe technique suit ces informations 24h/24 en temps réel. Le SIARE dispose ainsi en permanence de données sur le niveau de remplissage des bassins de rétention ainsi que sur les points stratégiques de son réseau (débits, hauteur d’eau, vitesse). Des alarmes sont déclenchées à partir des informations recueillies, notamment quand le niveau d’eau dans un bassin atteint un seuil de remplissage aux trois quarts. Ceci permet de mener avec réactivité les interventions nécessaires en cas de dysfonctionnement.

Salle de surveillance des équipements
Salle de surveillance des équipements

ALERTER LA POPULATION

Le SIARE a mis en place un système d’alerte en cas de situation de crise (inondations, tempêtes, accidents industriels, incident sanitaire ou autres catastrophes). Si vous souhaitez être contacté (par SMS, mail ou téléphone), inscrivez-vous en ligne en cliquant ici.

 

On appelle inondation une submersion, rapide ou lente, d’une zone habituellement hors d’eau. Pour déterminer si le risque d’inondation est important, il est nécessaire d’évaluer l’usage et l’occupation du sol au regard de la force des précipitations. Ainsi, le risque est moins important si ce sont des terres non habitées qui sont inondées, alors qu’il sera élevé si l’inondation se produit en ville.
L’apparition d’une inondation est généralement causée par une crue, c’est-à-dire l’élévation du niveau de l’eau. Il existe différentes crues : une crue décennale est une crue dont la probabilité d’apparition sur une année est de 1 sur 10, en termes de débit.
Le SIARE a pour objectif de protéger les biens et les personnes contre les inondations que provoqueraient des crues dites trentennales, ayant donc 1 chance sur 30 de se produire.

 

En téléchargement