Gérer les eaux pluviales sur votre terrain

Plusieurs méthodes de rétention existent pour gérer les eaux pluviales sur votre terrain.

Gestion des eaux pluviales à la parcelle
Gestion des eaux pluviales à la parcelle

Les méthodes d’infiltration

L’infiltration sur un terrain demande d’identifier au préalable la nature du sol. Cette technique est en effet déconseillée, voire interdite, sur certains types de sols comme les sols pouvant contenir du gypse ou les sols argileux. Il est donc essentiel de se renseigner sur la composition du sol avant toute installation d’une telle technique.

La noue

Ce sont de larges fossés, peu profonds et végétalisés qui permettent de collecter et d’infiltrer, sur la parcelle, les eaux de pluie et de ruissellement.

Elles permettent :

  • de ralentir l’écoulement des eaux, du point de collecte à l’exutoire
  • de gérer les eaux pluviales à ciel ouvert et de redonner ainsi sa place à l’eau dans notre environnement
  • de décliner une flore spécifique aux zones humides et donc de développer la biodiversité
  • de dépolluer les eaux de ruissellement par un processus naturel de phytoépuration

Noue d'infiltration

La toiture végétalisée

Technique en plein essor, la toiture végétalisée est une alternative aux toits classiques et constitue une avancée écologique. Il faut s’assurer au préalable que la structure du bâtiment supporte le poids supplémentaire ajouté par le stockage temporaire de l’eau de pluie (15 cm d’eau au maximum) et de la terre.

Toiture végétalisée

Le puits d’infiltration

Cet ouvrage plus ou moins profond permet le stockage des eaux pluviales et leur évacuation directe dans le sol. Le puits d’infiltration est dimensionné en fonction du débit d’eau à infiltrer. Il vise avant tout à évacuer l’eau en sous-sol dans une couche géologique adaptée à l’infiltration.

Le bassin de retention

Aisément utilisable en tant que bassin d’agrément, le bassin de rétention est un ouvrage facile à concevoir et à réaliser. Il fonctionne grâce au principe de la “zone tampon”. Le débit sortant du bassin doit être plus faible que le débit entrant. 

Mesures complémentaires

la récupération des eaux de pluie

Vous pouvez stocker l’eau de pluie dans des citernes ou dans une cuve raccordée à la gouttière et dotée d’un robinet.

L’eau de pluie peut être récupérée et utilisée pour arroser votre jardin ou laver votre voiture.  Chaque année, jusqu’à 600 litres d’eau par m² peuvent être récupérés. Pour une toiture de 100 m², cela représente 60 000 litres d’eau.
De combien de litres a-t-on besoin pour arroser un jardin grâce à l’eau de pluie ?

  • Pour une pelouse, il faut en moyenne 8 litres par m².
  • Pour un potager, il faut en moyenne 6 litres par m².
  • Pour un jardin de 200 m² (140 m² de pelouse et 60 m² de potager), il faut en moyenne 1 500 litres.

Mais avant d’utiliser l’eau de pluie, il vous faut la stocker. Pour ce faire, plusieurs solutions sont envisageables.

LES CUVES EXTÉRIEURES OU AÉRIENNES

La solution la plus simple pour l’arrosage du jardin ou le lavage de voitures est de recueillir l’eau dans une cuve raccordée à la gouttière et dotée d’un robinet. Le coût de ces cuves est rapidement amorti. Le volume de stockage va de 200 litres à 2 000 litres. Attention néanmoins au gel ! Veuillez vider les cuves en hiver.

Récupérateur eau de pluie

LES CUVES ENTERRÉES

Vous pouvez également recueillir l’eau de pluie dans une cuve enterrée. Ces cuves offrent l’avantage de ne pas  » perturber  » l’harmonie du jardin. Elles peuvent être :

  • en béton (elles sont plutôt installées lors de constructions neuves) ;
  • en plastique (de faible poids, elles permettent une installation aisée) ;
  • en fibre de verre (légères et très résistantes).

récupérateur d'eau de pluie enterré

LES CITERNES

Ce système intégré permet de récupérer l’eau de pluie et de la stocker dans une citerne pour une utilisation dans le jardin, pour le lavage de voitures sans détergent, pour les toilettes ou pour le lavage des sols.
Les citernes souples peuvent être :

  • en extérieur,
  • posées ou semi-enterrées,
  • en intérieur.

récupérateur citerne

Pour aller plus loin : https://adopta.fr/videos/

Besoin de bonnes pratiques ? Découvrez les différentes techniques de gestion des eaux pluviales proposées par le SIARE !